Même si cela peut paraître difficile à croire, nous n'avons pas tout vu dans le genre metroidvania, et voici Ultros pour le prouver - Ultros

15/12/2023


Autre métroidvanie? Eh bien oui, mais ce n'est pas quelque chose que je déteste particulièrement, surtout quand il y a des propositions qui sont si loin de la norme, comme c'est le cas de Ultros. Il est arrivé à la rédaction sans prévenir, dans une courte démo de quelques heures qui m'a cependant laissé une intrigue infinie pour savoir comment cela continue. Cela a beaucoup à voir avec le fait que son intrigue est la chose la plus énigmatique à laquelle j'ai joué actuellement, mais elle a aussi des valeurs de production plus soignées que ce à quoi je m'attendais.

Après tout, je ne devrais pas être trop surpris. Le jeu est conçu graphiquement et musicalement par l'artiste suédois Le Huervo (de la grande Hotline Miami), et vous pouvez vous attendre à tout. Le jeu a beaucoup de personnalité, avec un style si unique que le simple fait de le découvrir fait partie du plaisir. Il est artistiquement psychédélique, excentrique, audacieux, innovant... et possède même une expérience approfondie qui traite de sujets aussi importants que la vie, la mort et la santé mentale. Mais le meilleur, c'est que c'est aussi très amusant à jouer !

Une metroidvania qui veut se démarquer

Vous avez écrasé votre vaisseau dans une mystérieuse matrice cosmique errant dans l'espace. Il est connu comme Sarcophage, un nom qui a beaucoup de sens, car justement on se retrouve piégé dans une boucle éternelle. Comme? Eh bien, nous devons explorer un scénario très labyrinthique, avec de multiples chemins, beaucoup d'ennemis à éliminer et bien sûr une autre poignée de compétences à débloquer. Oui, cela vous semble familier, mais je vous ai déjà dit que ce n’est pas comme ça que vous l’imaginez.

Ultros

Le design terrifiant de l'ennemi contraste avec les décors baroques

Pour commencer, quelque chose de très déconcertant se produit ici. Hormis le fait que les environnements m'ont rappelé le mystère que le classique m'a fait ressentir en son temps MétroïdeA un moment donné de l'aventure, cela m'est aussi arrivé, comme Samus Aran... En une heure de jeu, j'avais acquis une épée, un combo triple attaque, un double saut, une esquive aérienne... et paf ! Soudain la boucle narrative du jeu m'a pénalisé en m'enlevant toute ma progression. Je ne pouvais pas y croire, jusqu'à ce que je comprenne que le dynamique de boucle C’est un élément central de l’expérience.

Je sais, ça a l'air bizarre, et la première fois que ça m'est arrivé, j'étais comme… vraiment ? Cependant, contrairement au jeu Nintendo, supprimez vos progrès Cela n'arrive pas seulement au début de l'aventure, mais à plusieurs moments clés de l'histoire. Evidemment, je n'ai pas pu contempler pleinement cette mystérieuse mécanique (il faudra que je batte l'aventure pour ça), mais à chaque fois que l'on se "réveille", c'est comme une réinitialisation qui permet d'explorer différentes régions, d'apprendre de nouvelles techniques. , et finalement se rapprocher de plus en plus de la vérité que cache le Sarcophage.

Ultros

Avant tout, Ultros est un metroidvania, avec une cartographie assez complexe.

C'est un approche risquée, ce qui vous laisse embarrassé, mais personnellement, j'ai été enthousiasmé par ce courage. Cependant, je ne veux pas non plus trop m'attarder là-dessus, car le reste des mécaniques jouables sont tout aussi importantes, voire plus. Par exemple, la partie de plates-formes Cela fonctionne de manière phénoménale et n’est pas superficiel. Même si la paume va au lutte, très agile, précis et avec une grande réponse aux commandes. Vous disposez de combos que vous pouvez améliorer dans un arbre de compétences, mais aussi de la capacité (et du besoin) d'esquiver les attaques ennemies.

Je ne savais pas à quoi m'attendre du nouveau Prince of Persia et après 3 heures de jeu j'ai découvert un metroidvania qui n'a rien à envier aux meilleurs du genre

La polyvalence du combat est si intense que vous êtes récompensé pour avoir expérimenté le variété de mouvements existant. Si vous battez des ennemis en utilisant différentes contre-attaques, offensives aériennes ou projectiles déviants, vous obtenez de meilleurs viscères avec lesquels récupérer de la vie et améliorer une série d'attributs. En fait, cela dépend si vous débloquez plus ou moins de talents dans le arbre de compétencesce qui pourrait consister à augmenter votre vitalité, mais aussi à apprendre des choses comme le recul aérien ou encore la révélation de jardins dans la cartographie.

Ultros

Les patrons sont exigeants, même si dans ces premières étapes il n'était pas difficile de leur demander

Parce que ça en est une autre, une tâche importante dans votre voyage consiste à trouver des graines et les planter dans des endroits désignés. À quelle fin? Surprendre! Certaines de ces plantations semblent purement esthétiques, favorisant des moments de contemplation et de paix (selon les promoteurs), mais d'autres pourraient ouvrir une nouvelle route. Cela vous semble probablement encore une fois trop étrange, mais rien dans Ultros C’est conventionnel dans le genre metroidvania. En fait, c’est une tournure des plus intéressantes.

Malheureusement, je ne peux pas vous en dire beaucoup plus pour le moment. Vous pouvez vous attendre à un design très labyrinthique, à de nombreux scénarios différents et bien sûr aussi à patrons avec un certain niveau de défi. Il n'y a pas de sélecteur de difficulté, et ce que j'ai joué ne m'a pas semblé particulièrement compliqué, même si je devrai essayer le titre complet pour dissiper tout doute. Le suivant apparaîtra 13 février dans PC et PlayStation 5, et je suis déjà très attendue. Vous, si vous aimez le genre, vous devriez l'être aussi.

Dans 3DGames | Ce metroidvania finira peut-être par être oublié mais sa proposition est tellement amusante et agile qu'il serait dommage de ne pas laisser une chance à Doomblade

Dans 3DGames | "Nous avons joué au jeu plus de 100 fois avant de le lancer" : c'est ainsi qu'a été conçu l'un des jeux vidéo espagnols les plus réussis du moment

Dans 3DGames | Du Japon, du rétro et une difficulté infernale qui m'a fait insulter l'écran : juste ce qu'il me fallait pour devenir accro à cet indie aux touches metroidvania

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *