Les licenciements sont « quelque chose que tout le monde doit traverser ». C'est ce qu'estime le PDG d'Embracer Group après avoir supprimé 1 387 salariés en 6 mois

16/02/2024


Les développeurs de jeux vidéo traversent une période très difficile. Et parmi toutes les entreprises du secteur qui recourent au licenciement pour réduire leurs budgets, Embracer Group est le plus féroce; Au cours des six derniers mois, le conglomérat a renoncé à 1 387 travailleurs, soit 8 % de son effectif total. Mais pour le PDG de l'entreprise, il s'agit de "quelque chose que tout le monde doit surmonter".

C'est ce que commente Lars Wingefors lors de la séance de questions avec les investisseurs du groupe Embracer après la publication des résultats financiers du dernier trimestre (via JeuxIndustrie). D'après les propos tenus par le manager lors de l'entretien, entièrement retranscrits en À la recherche d’Alphal'industrie connaît des changements qui affectent chaque entreprise du secteur : « Plus ou moins, toutes les entreprises traversent un programme de restructuration", commence le PDG. "Il y a moins d'investissements réalisés par l'industrie dans le contenu. Je pense que le marché de consommation sous-jacent est fort et continue de croître, mais les changements sous-jacents – de nombreux changements sous-jacents ont eu lieu dans l’industrie. Cela, évidemment, Cela nous concerne tous dans l’industrie.".

"Je pense qu'en regardant la réduction des effectifs de 8 % (chez Embracer Group), il y a évidemment... Je ne connais pas le chiffre pour l'ensemble du secteur, mais je pense que c'est quelque chose que tout le monde doit surmonter", poursuit Wingefors. la séance de questions. "Je veux dire, comme je l'ai dit, c'est motivé par surinvestissement les années précédentes parce que tout le monde investit du capital dans le monde du jeu et, peut-être, trop de capital dans certains cas".

Embracer Group cherche à maintenir « les études et les PI les plus emblématiques en développement »

En plus d'aborder la question des licenciements, les investisseurs du groupe Embracer ont interrogé Wingefors sur la possibilité de voir des « seuils plus élevés » en matière d'investissements, de fusions et d'acquisitions de l'entreprise. Et le PDG est clair sur la stratégie du conglomérat : "Oui", répond-il lors de l'exposé. "Évidemment, lorsque vous vous développez autant et que vous prenez des risques commerciaux en créant de nouveaux studios, en créant de nouvelles propriétés intellectuelles, en acquérant des développeurs dans lesquels vous investissez, ce n'est pas nécessairement un bilan. Si vous changez cela, vous avez besoin éliminez les choses qui, selon vous, ont la plus faible probabilité de succès. Et c'est ce que nous faisons maintenant, garder les studios et IP les plus emblématiques en développement".

Dans 3DGames | On connaît déjà le nombre total de jeux annulés par Embracer en 6 mois, et il dépasse toutes les attentes. L'éditeur s'est débarrassé de près de 30 projets

Dans 3DGames | "L'industrie du jeu vidéo est une zone sinistrée." Le doubleur de Deus Ex explique à quoi ressemble la réalité du développement en 2024

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *