Il a pu quitter la saga RPG avec son créateur, mais le patron de Final Fantasy avait une bonne raison de rester. "J'avais l'impression que j'étais encore en train de former ma vision"

27/02/2024


Étant une franchise avec 16 versements, plusieurs spin-offs et quelques remakes, il est évident que final Fantasy Il y a une longue histoire derrière cela. L'un des moments les plus importants de son parcours dans l'industrie du jeu vidéo remonte à 2001, lorsque Hironobu Sakaguchi, créateur de la saga RPG, a décidé de quitter Square Enix (à l'époque connu uniquement sous le nom de Square) de suivre leur propre chemin. Et n'importe qui aurait pensé que Yoshinori Kitase, son apprenti, l'accompagnerait dans sa nouvelle aventure, mais ce professionnel Il a préféré rester pour développer davantage de livraisons de la franchise. Parce que? 23 ans après cet événement, l'actuel responsable de la marque Final Fantasy révèle qu'il est resté avec l'IP parce que "J'avais l'impression que j'étais encore en train de former ma vision".

C'est ce qu'il commente dans une interview accordée au podcast Ma console parfaitepar Simon Parkin (via VGC). Car, après avoir travaillé sur Final Fantasy V et réalisé Final Fantasy VI, VII et VIII (avec Sakaguchi comme producteur), le professionnel avait déjà eu l'occasion de participer à une bonne poignée d'opus. Mais le travail de l'équipe ne s'arrête pas là : « A cette époque, vers l'an 2000, nous envisageions de nombreux jeux principaux de Final Fantasy à l'avance, X, XI, XII et les suivants", explique Kitase dans l'exposé. "Tous ces jeux étaient planifiés et discutés."

"Et comme Sakaguchi était un mentor, quelqu'un avec qui j'avais travaillé et grandi au sein de l'entreprise, bien sûr, le voir partir était une période très sombre pour moi", poursuit l'actuel chef de marque chez Final Fantasy. " Bien que Sakaguchi soit le créateur qui a lui-même établi cette histoire et ait travaillé sur plusieurs projets à travers son héritage pendant son séjour ici, j'avais l'impression d'être encore en train de former ma vision. , et je travaille toujours pour çac'est donc l'une des raisons pour lesquelles je voulais rester."

100 heures de jeu à Final Fantasy VII : Rebirth et je vous garantis que c'est, à la fois, un monde ouvert exemplaire et un JRPG à l'ancienne. Analyse

Une manière de maintenir le lien avec Sakaguchi

Comme si cela ne suffisait pas, Kitase évoque une deuxième raison pour laquelle il a décidé de rester dans la saga Final Fantasy. Et, encore une fois, ses intentions sont une fois de plus liées au créateur de la marque : « J'avais l'impression que je voulais vraiment Sakaguchi avait ce point de connexion avec la saga Final Fantasy malgré son départ, c'était donc une autre considération", poursuit le professionnel dans l'interview. "Bien sûr, dès qu'il est devenu indépendant, il n'y a eu aucune reconnexion avec Final Fantasy jusqu'en 2016 avec Mobius Final Fantasy, le jeu téléphones intelligents. C'était la première fois, depuis la démission de Sakaguchi, qu'il pouvait à nouveau promouvoir et être connecté à la franchise Final Fantasy, avec Terra Battle. " Parce que, comme le professionnel se souvient bien dans l'exposé, les personnages qui apparaissaient dans le jeu réalisé Sakaguchi avec son studio Mistwalker, Terra Battle, a atteint l'expérience mobile de Square Enix.

Dans 3DGames | Le jeu de cartes Final Fantasy VII Rebirth prend tellement de temps qu'il avait son propre fan club au sein de l'équipe de développement.

Dans 3DGames | Final Fantasy VII : Rebirth bat des records historiques. C'est déjà le jeu le mieux noté de la franchise RPG depuis 23 ans et il n'est surpassé que par une autre grande icône de la saga

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *