À première vue, il s'agit d'un autre RTS qui cherche à rivaliser avec Age of Empires, mais il cache un combat médiéval à la troisième personne prometteur. C'est Eyes of War - Eyes of War

30/05/2024


Je pense qu'au cours de mes deux années passées chez 3DJuegos, il est devenu évident que j'aime la stratégie. Je ne rejette presque jamais un jeu du genre, surtout ceux qui prônent une approche classique comme Eyes of War. Ce premier projet de Good Mood Games cherche à se rapprocher d'Age of Empires et de son concept de Stratégie en temps réelmême si ce n'est pas toujours tout à fait juste et des idées telles que mélanger son monde avec le combat à la troisième personne Mount and Blade pourrait peut-être donner davantage d'eux-mêmes, mais il est vrai que le jeu n'a pas encore tout dit.

Eyes of War existe depuis longtemps sur Steam, c'est une vérité immuable. Ce premier long métrage du studio turc a débarqué sur la plateforme Valve l'année dernière juin 2023 comme un Accès anticipé dont il n'est pas encore sorti. Il ne manque pas d'attentes, c'est clair. Ce que propose l'équipe de développement, c'est de nous prendre par la main au début du millénaire, lorsque Ensemble Studios était encore en charge d'Age of Empires et que les années 2000 représentaient une porte sur l'avenir du jeu sur PC. Avec un monde fantastique divisé en quatre factions archétypales, Japonais, les arabes, Européens et vikingsnotre objectif sera de prendre le contrôle d'un futur centre urbain et de le protéger des envahisseurs.

Il n'y a pas grand chose d'original dans cette idée, mais c'est ce que possèdent tous les successeurs spirituels. En tant que dirigeant de cette nation, nous serons plongés dans une carte archétypale où, avec une division logique entre les factions et le brouillard de guerre typique qui nous empêche de savoir où se trouve l'adversaire, il est temps de développer notre ville. Ici, les options sont minimes. Encore une fois, je comprends que "jeu inspiré d'un classique", mais la vérité est que, dans son état actuel, le jeu Good Mood Games offre une gamme d'options minimales. Nous pouvons à peine construire un seul type de maison, un bâtiment minier en pierre et un bâtiment forestier, ainsi que des bâtiments pour recruter des unités.

Yeux de guerre 4

Le jeu se vante, oui, d'un système de construction de mur tout à fait bienvenu. Sans rien d'extraordinaire, il répond bien à nos exigences et s'adapte étonnamment au terrain parfois irrégulier du jeu. Ce qui est vrai, c'est que c'est pratiquement la seule chose que nous pouvons utiliser pour éditer et rendre notre ville « belle ». Il n'existe pas d'options de gestion du réseau routier, ni de bâtiments dont la seule utilité serait de dire "quel coucou cela s'est avéré être".

Son combat est peut-être un peu plus prudent

Comme tout RTS de style Age of Empires, le combat fait partie intégrante de l’expérience de jeu. Rien de gestion massive et de groupes d'unités, mais plutôt chaque soldat agit individuellement, soit lorsqu'il reçoit des ordres, soit lorsqu'il se déplace sur les lieux. Bien sûr, encore une fois, il semble que Good Mood Games il faut passer du temps dans le tableau de conception et rééquilibrer certaines unités. Il n'y a pas de différenciation claire entre eux, ni beaucoup de combat - quelque chose qui manquait aux jeux Ensemble originaux, si nous sommes tout à fait honnêtes.

SS43c2b31c32ab09b5db0644eb46820

Cependant, avec des années à jouer à ce type de jeu, j'ai rarement été confronté à un RTS où la typologie de ses unités militaires est minime. Opposer des unités de cavalerie à des archers ou des forgerons d'épées a le même résultat, parfois fatal, que le faire contre des unités de hallebardiers. Cela génère une dynamique de jeu où se battre ne semble presque pas être une optionau moins offensivement, pendant que vous vous limitez à défendre votre ville et à attendre la prochaine vague ennemie.

Le plus curieux c'est que soit j'ai rencontré plus d'erreurs que j'aurais dû, soit l'IA agit avec trop d'autonomie

Dans ce contexte, il est vrai qu'Eyes of War s'attache à ouvrir sa gamme d'options avec un diamètre étonnant. Non seulement nous avons les modes classiques de conquête ou de stratégie, axés uniquement sur le combat et pour tirer le meilleur parti du combat et de la rapidité de recrutement, mais il existe des escarmouches où nous choisissons des unités à combattre et nous nous lançons dans le bain de sang le plus pur et le plus simple. Le plus curieux est que soit j'ai rencontré plus d'erreurs que je n'aurais dû, soit L'IA agit avec trop d'autonomie. Je m'explique : lorsque vous sélectionnerez des escarmouches contre l'IA, elle choisira ses unités au hasard, sans que nous puissions rien faire. Cela se traduit par une situation hilarante où j'ai marché au combat avec plus de 100 soldats contre trois pauvres malheureux contrôlés par « la petite machine », comme dirait ma mère.

Les yeux de la guerre

Je ne voulais pas terminer sans évoquer l'une des options jouables qui, avec la finition générale du combat, surprendra le plus à son lancement : ses options jouables "Mount and Blade". Il n'est pas le premier à le faire, c'est clair. Là, nous avons un Bellwright qui danse et cherche sa place sur Steam, mais dans Eyes of War, son étude est tout à fait juste. C'est le sentiment plus pur et nostalgique possible quand vous étiez petit et que vous regardiez Age of Empires en pensant "J'aimerais pouvoir me plonger dans ce monde". Le mode stratégie nous permet de contrôler l'une des unités à la manière du rôle de TaleWorlds Entertainment. Ici il va falloir jongler entre se battre à cheval ou à pied comme un de plus pendant que nous gérons le reste de notre équipe. Comme il s'agit de combats avec quelques soldats, c'est assez simple et, en plus, les options jouables sont claires et directes, sans fioritures, montrant clairement que c'est là que réside la vraie valeur, à mon avis, d'Eyes of War.

Analyse de la F1 24. EA marque une Aston Martin et apporte des évolutions qui sont "pire" dans un jeu de conduite qui échoue à la base

Quoi qu'il en soit, le meilleur de tout est que non seulement vous pourrez lire mes impressions après plusieurs heures aux commandes de ce RTS médiéval, mais aussi tu peux l'essayer gratuitement. Pour ma part, dire que c'est dommage car avec les idées qu'il a, très axées sur l'imitation d'Ensemble Studios, bien sûr, nous pourrions nous retrouver face à un concurrent plus que compétent. Il ne reste plus qu'à voir comment son accès anticipé évoluera dans les mois à venir.

Dans 3DGames | Il est passé de Rainbow Six à la conception d'extensions dans Les Sims 4, et il est très clair à ce sujet. "Les produits culturels ont un pouvoir incroyable sur la population"

Dans 3DGames | Suivez en direct sur PlayStation State of Play avec 3DJuegos. Heure de début, durée et jeux possibles pour PS5 lors de l'événement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *